PRETRES ET RELIGIEUX

ORIGINAIRES DE FARSCHVILLER

 

Le nom de Farschviller était bien connu à l’évêché de METZ, puisque c’est un véritable ‘‘nid’’ à prêtres.

Chaque siècle aura donné plusieurs de ses enfants pour le service de l’Eglise et l’annonce de l’Evangile.

Même en ce troisième millénaire où les vocations se font rares, en dix ans, 2 enfants du pays y célébraient leur première messe et un diacre permanent y fut ordonné.

 

Il semble, en regardant cette liste, que notre village possède un écho tout particulier, où retentit, peut-être un peu plus fort qu’ailleurs, l’appel du Christ.

BAUMANN Jean

 

  • Né à Farschviller le 18 mai 1779 de BAUMANN Nicolas et de MAYER Anne. Nicolas était manœuvre et, comme son épouse, originaire du village.
  • Ordonné prêtre le 19 septembre 1812 à la cathédrale de Metz
  • Le 19 septembre 1812, vicaire à Puttelange
  • Le 17 avril 1813, vicaire à Distroff, commune de Metzervisse
  • Le 1er septembre 1815, desservant de Bérig, commune de Grostenquin
  • Le 1er juillet 1819, desservant de Brulange
  • Il décède le 21 novembre 1856

THINESSE  Nicolas

 

  • Né à Farschviller le 27 septembre 1801 de THINESSE Antoine et de SCHOULLER Marie.

Antoine THINESSE était manœuvre tonnelier, originaire de Guébenhouse.

  • Ordonné prêtre le 11 mars 1826 à la cathédrale de Metz
  • Le 11 mars 1826, vicaire à Koenigsmacker
  • Le 26 juin 1828, desservant  à  Behren
  • le 30 juillet 1839, desservant à Puttelange 
  • Il décède à Puttelange le 22 août  1886

 

 

STENGEL Jean

 

  • Né le 15 novembre 1802 à Farschviller de STENGEL Pierre, cordonnier et de BOUR Catherine, originaire d’Ebring.
  • Ordonné prêtre le 2 septembre 1826 à la cathédrale de Metz
  • Le 2 septembre 1826, vicaire à Sturzelbronn
  • Le 6 mai 1828, vicaire à Goetzenbruck
  • Le 1er janvier 1835, desservant de Goetzenbruck
  • Le 29 novembre 1863, définiteur de Couture 
  • Il décède le 16 août 1877 à Couture 

 MAYER Jean Nicolas

 

  • Né à Farschviller le 4 juin 1822 de MAYER Henry, maréchal ferrant et de BOUR Suzanne. Tous eux étaient originaires du village.
  • Ordonné prêtre le 14 juillet 1851 à la cathédrale de Metz
  • Le 8 septembre 1851, vicaire à Creutzwald
  • Le 1er octobre 1854, professeur à Bitche
  • Le 13 octobre 1857, desservant à Behren
  • Le 1er mai 1861, desservant à Garche
  • Le 25 novembre 1867, desservant de Grotenquin
  • Le 13 avril 1880, desservant de Bliesbruck
  • Le 18 novembre 1882, desservant de Biding
  • Il décède le 6 novembre 1894 à Metz
SCHWARTZ  Michel  (frère oblat)

 

  • Né à Farschviller, le 16 novembre 1849. Il est le fils naturel de Catherine HOUPPERT. Le 9 février 1865, il est reconnu et légitimé par Pierre SCHWARTZ.
  • Le 12 décembre 1871, il entre au noviciat à Lille
  • En 1881, il devient frère oblat des hospitaliers des frères de Saint Jean de Dieu à Stillorgan en Irlande.
  • Il décède après quatre années de religion à Stillorgan, le 29 juin 1886.

 

 

 

ALBERT Nicolas

 

 

  • Né à Farschviller le 11 avril 1862 de ALBERT Jacques, tailleur d’habits et de MARON Catherine, originaire de Valmont.
  • Ordonné prêtre, le 13 juillet 1888 à la cathédrale de Metz.
  • De 1888 à 1896, chantre à la cathédrale.
  • De 1896 à 1903, desservent de Rémelfing.
  • De 1903 à 1937, desservent de Guéblange les Sarralbe.
  • Il décède à Guéblange le 21 octobre 1937 et est inhumé au cimetière de Farschviller

BOUR Jean Christophe

 

 

  • Né à Farschviller le 25 décembre 1870 de BOUR Henri, militaire retraité et laboureur et de RISSE Suzanne, tous deux originaires de Farschviller.
  • Ordonnée prêtre le 18 juillet 1897 à la cathédrale de Metz.
  • Le 7 septembre 1897, vicaire à Hayange
  • Le 25 mai 1901, desservant de  Sillegny
  • Le 12 juillet 1906, desservant de Novéant
  • Le 9 octobre 1911, curé de l’Hôpital
  • Il décède le 3 avril 1934 à l’Hôpital où il est inhumé le 6 avril 1934.

MICHEL Jean Nicolas

 

 

  • Né à Farschviller le 26 décembre 1870 de MICHEL Jean Nicolas, laboureur de Farschviller et de CHENOT Marguerite de Farébersviller.
  • Ordonné prêtre le 17 juillet 1898 à la cathédrale de Metz
  • le 14 décembre 1898, vicaire  à ?
  • Le 19 septembre 1899, vicaire à Morhange
  • Le 14 septembre 1898, vicaire à Siersthal
  • Le 19 septembre 1899, vicaire à Morhange
  • Le 29 avril 1901, desservant à Biding
  • Le 25 août 1906, desservant à Durlécourt
  • Le 31 août 1913, desservant à Schaeferhof 
  • Il décède le 19 août 1936 à Schaeferhof

PITZ Jean Gustave

 

 

 

  • Né à Farschviller le 15 février 1871 de Nicolas PITZ, journalier et de Catherine KIEFFER, tous deux originaires du village.
  • Il entre chez les pères blancs le 1er juin 1893.
  • Ordonné prêtre le 21 mai 1896 à la cathédrale de Tunis.
  • Le 29 septembre 1899, vicaire à Grosbliederstroff
  • Le 13 septembre 1900, vicaire à Trois Maisons
  • Le 10 septembre 1905, desservant Elzange
  • Le 1er mai 1908, desservant de Montenach
  • A compter du 1er mars 1910, sans fonction
  • Il décède dans la maison familiale le 15 juillet 1932 et est inhumé autour de la tour de la Mutterkirche.

HAMANN Auguste Joseph

 

  • Né à Farschviller le 3 novembre 1878 de HAMANN Jean, garde forestier originaire de Bitche et de HURLIN Marie Augustine
  • Ordonné prêtre le 13 juillet 1902 à la cathédrale de Metz
  • Le 6 septembre 1902, vicaire à  St Maximin de Metz            
  • Le 18 août 1905, desservant à Schoeneck
  • Le 21 mars 1911, desservant d’Alsting
  • Le 13 août 1921, desservant Ste Barbe
  • Le 2 février 1925, desservant à Courcelles-Chaussy

Il décède 23 août 1968 à Courcelles-Chaussy

BALZERT Gabriel

 

·       Né à Saint Jean Rohrbach le 26 mars 1886 de Pierre BALZERT et de MARTIGNY Justine.

  • Ordonné prêtre le 12 juillet 1914 à Liège dans l’ordre des salésiens.

·       Sécularisé le 3 février 1921 et entré dans le diocèse de Verdun.

 

  • Le 3 mars 1921 il devient curé de Houdelaincourt.
  • Le 8 juillet 1932, curé de Villeloye.
  • Le 26 mars 1942, curé de Buxière.
  • Le 28 août 1947 il se retire à Farschviller pour raison de santé.
  • Il décède le 10 novembre 1947 à Farschviller dans la maison d’Alfred PITZ.
  • Inhumé au cimetière de Farschviller autour de la Mutterkirche.

MARON Nicolas Casimir

 

 

  • Né à Farschviller le 23 janvier 1892 de Jean Pierre MARON et de HUBERT Eve
  • Ordonné prêtre le 10 août 1919 à la cathédrale de Metz
  • Le 23 octobre 1919, vicaire à Boulay
  • Le 28 août 1920, vicaire à St Eucaire
  • Le 26 juillet 1921, desservant d’Altviller
  • Le 31 août 1927, desservant de Tenteling
  • Le 1er septembre 1939, évacué à Vergaville
  • Le 17 août 1940, administrateur de Burlioncourt
  • Le 11 octobre 1940, administrateur de Bourdonnay
  • Le 16 octobre 1945, desservant d’Altrippe
  • Le 1er septembre 1950, retiré à Marienthal
  • Le 5 février 1951, desservant de Bettborn
  • Le 1er octobre  1953, retiré à Altrippe
  • Il décède le 29 octobre 1956 à Forbach         

MAYER Henry

 

 

  • Né à Farschviller le 1er novembre 1895 de Henri MAYER de Farschviller et de KIFFER Marie de Biding.
  • Ordonné prêtre le 4 juillet 1926 à Dax pour l’ordre des Lazaristes.
  •  
  •  
  •  
  • Il décède le 17 octobre 1969

ROSTOUCHER René Jules Marcel

 

 

  • Né à Farschviller le 16 avril 1923 de Michel ROSTOUCHER, serrurier et de Elise RIVLOKOWSKI
  • Ordonné prêtre le 2 juillet 1950 à la cathédrale de Metz
  • En  1953,  étudie la philosophie
  • Le 27 septembre 1950, professeur au séminaire de Montigny-les-Metz
  • Le 1er septembre1951, étudiant à l’institut catholique de Paris
  • Le 21 mai 1953, professeur au séminaire de Bitche
  • Le 16 décembre 1958, vicaire à Bitche
  • Le 1er juillet 1976, curé de Volmunster
  • Le 1er novembre 1976, archiprêtre de Volmunster
  • Le 1er juillet 1982, administrateur de Ormersviller
  • Le 1er novembre 1983, administrateur de Loutzviller et Schwegen
  • Le 1er juillet 1989, administrateur de Hottviller, Omersviller et Volmunster
  • Le 1er  mai 1993, desservant de Henriville
  • Il décède le 17 juin 1995 et sera inhumé à Farschviller.

FLAUSSE Georges

 

 

  • Né à Farschviller le 20 janvier 1927 de Jean-Pierre FLAUSSE et de Marguerite-Augustine HERGOTT.
  • Ordonné prêtre le 29 juin 1965 à la cathédrale de Metz
  • Le 1er  février 1965, vicaire à Basse Yutz
  • Le 1er  août 1972, desservant Maizières-les-Vic
  • Le 1er  octobre 1976, desservant de Hoste et de Barst
  • Le 1er  octobre 1991, desservant de Hoste, Barst, Marienthal et Cappel
  • Il décède le  25 janvier 2003 et est inhumé à Farschviller
MATHIAS Fabrice

 

  • Né à Saint Avold, le 21 juillet 1965 de Roger MATHIAS et de Marie-Thérèse GRIMMER de Guenviller
  • Le 1er novembre 1994, aumôner militaire laïque en Guadeloupe
  • Le 1er août 1996, aumônier militaire laïque à Immendingen (Allemagne)
  • Ordonné prêtre le 25 juin 2000 à la cathédrale de Metz
  • Le 1er  août 2000, aumônier de la brigade franco-allemande

Le 1er  août 2006, aumônier de Mourmelon-Suippes 

BRUCKER  Stéphane

 

 

  • Né à Sarreguemines le 30 août 1981 de BRUCKER Francis et de DUDOT Chantal de Hilsprich.
  • Ordonné prêtre le 26 juin 2011 à la cathédrale de Metz
  • Le 1er septembre 2010, vicaire à la paroisse Saint Pierre et Saint Paul de Sarreguemines.
  • Depuis la 1er septembre 2011, vicaire à Sarreguemines
  • Depuis le 1er  septembre 2016, administrateur de la communauté de paroisses Notre Dame du Bibertal
  • Depuis le 1er  septembre 2017, curé de la même communauté de paroisses

 

MICHEL SCHWARTZ

D’après les notices biographiques de Frère Pierre Fourier Picard

 

 

Frère Ruf SCHWARTZ est décédé le 29 juin 1886 à Stillorgan à l’âge de 37 ans, après seulement quatre années de religion.

 

Michel est né le 16 novembre 1849 à Farschviller en Moselle.

 

Fils naturel de Catherine HOUPERT, il est élevé par sa maman et sa grand-mère, Eve CARBINER. Son grand-père, Michel, avait émigré aux Etats-Unis, où il est décédé le 21 juin 1833.

 

 

Le 9 février 1865, Catherine épouse Pierre SCHWARTZ, natif de Rémering, qui reconnaît et légitime Michel, alors âgé de 16 ans.

Le 12 décembre 1871, à l’âge de 25 ans, il entre dans l’Ordre des Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu.

« Le Frère RUF a été le plus humble de tous ceux de nos religieux que j’ai connus et mérite un souvenir dans ces notes nécrologiques. »

Il fit son noviciat à LILLE, sous la direction du Père Laurent. De terribles scrupules le tourmentaient au point qu’il se pensait indigne de porter l’habit religieux.

 

En dépit de tous les conseils qu’on lui prodigua, il succomba à la tentation de quitter l’Ordre duquel il ne se croyait pas digne d’être appelé.

Et il n’était pas encore très éloigné du couvent qu’il regrettait déjà d’en être parti.

 

De retour dans sa famille, il se sentait comme un poisson hors de l’eau : il était malheureux.

Dès lors, il fit toutes les démarches possibles auprès du Père Provincial pour obtenir sa réadmission. Le Père Maître exigea une épreuve, un délai.

Notre homme ne se découragea pas pour autant et insista plus que jamais pour faire accepter sa réintégration.

 En 1881, à STILLORGAN, lors de la visite canonique du Père Provincial, celui-ci reçut une nouvelle supplique, plus pressante que jamais.

-        «Si vous le voulez, je vais le faire venir ici »,

-        «Comme vous voudrez, lui dis-je ».

Le jour même, le Père Provincial écrivit en Moselle et posa à Michel SCHWARTZ, comme condition pour sa rentrée dans l’Ordre, qu’il partit pour DUBLIN en qualité d’oblat.

 

«Je serais bien allé au bout du monde, me dit-il dans la suite, pour rentrer dans l’Ordre ».

Tout de suite, il se mit à l’œuvre.

 

Selon les notices biographiques du Frère Pierre Fourier PICARD, à cette époque-là, la maison de DUBLIN n’existait que depuis une année et rien n’y était encore bien organisé.

 

Il relate ainsi l’humble vie de Frère RUF, enfant de notre village en quête de la sainteté :

 

 

‘‘Nous avions en abondance des sacrifices à faire, des misères à supporter, sans parler du travail matériel à exécuter. Pour lui-même, le Frère RUF réclama tout ce qu’il y avait de plus dur et de plus pénible. Son premier soin fut de nettoyer les prairies en détruisant les mauvaises herbes qui y croissaient à foison. Pour compagnon de travail, il avait un vieil âne, têtu comme pas un, et qui ne marchait que quand cela lui agréait. Frère RUF, qui ne disposait que d’un maigre capital de patience, ne prétendait pas céder aux lubies de son compagnon. Quand le bourricot ne voulait rien entendre, le frère RUF, doué d’une force herculéenne, prenait l’âne sous le bras et l’emportait sans l’ombre d’un scrupule.

‘‘D’une taille extraordinaire et d’une force peu commune, il pouvait soulever sans peine des fardeaux énormes. Son grand corps était plus vite chargé que rempli. C’était une ossature de géant. Aussi notre grand et long frère RUF avait toujours faim, ce qui lui causait une véritable souffrance. Ajoutez à cela une somme incroyable de fatigues et vous ne serez pas surpris de la quantité d’aliments qu’il absorbait. Il n’était pas difficile : du pain sec lui suffisait. Vu ce tempérament, je me vis forcé de lui donner l’ordre de manger à sa faim.

‘‘Tous les travaux lui étaient bons, rien ne le rebutait. Il profitait de ces labeurs pénibles pour mater son corps, sa bête de somme. Une fois la maison un peu organisée, il fut chargé de la basse-cour. Ni la pluie, ni le vent, ni la chaleur, ni le froid, rien n’arrêtait ce bourreau de travail. Frère RUF ne possédait qu’une médiocre patience ; aussi s’emportait-il fréquemment, mais il savait aussi s’humilier et demander pardon.

‘‘Sous un extérieur commun, ce géant était très pieux, fervent, régulier et aimait la pauvreté. Dans toute la ville de DUBLIN, nous n’avions pu lui dénicher des chaussures adaptées à sa pointure : ses pieds étaient des ‘‘bateaux’’. Ne disons rien de son nez, qui était formidable.

‘‘Tout cela ne l’empêchait pas de se montrer très délicat. Son attachement à notre Ordre était extrême, sa simplicité de cœur vis-à-vis de son prieur était toute de confiance et d’affection, que seul égalait son profond mépris pour lui-même. Par exemple, il était intraitable sur le chapitre de la singularité.

‘‘J’avais fini par éprouver une véritable vénération pour le colosse si doux et si humble. Sa vie rude, son peu de soin de sa personne, son travail incessant finirent par avoir raison de ce corps si solide. Une affection cardiaque se manifesta, très douloureuse d’après les médecins. Il fallut enlever le bon frère de la basse-cour pour lui confier la garde de quelques malades tranquilles. Dans ce nouveau poste, il continua à se dévouer et à donner des preuves de sa bonne volonté. Il ne pouvait supporter les vêtements déchirés sur ses malades, c’était plus fort que lui. Bien que ne sachant pas manier l’aiguille, qui se perdait entre ses gros doigts, il se procura le nécessaire pour se muer en tailleur en cas de besoin. Comme il était myope et que son adresse en couture était nulle, il faisait des points si extraordinaires et des coutures si invraisemblables qu’il nous divertissait. Son amour de la pauvreté et de l’économie était bien au-dessus de ses talents de couturier.

 

‘‘Pendant ce temps, sa maladie s’aggrava. Il savait qu’il était en danger. Se voyant dépérir tous les jours davantage, il parlait de son prochain voyage vers le Bon Dieu comme de la chose la plus ordinaire, la plus simple du monde. Pour lui, c’était comme un changement de maison. Rien ne le troublait dans une situation aussi grave. Tout en ne perdant jamais une minute, frère RUF se préparait, par la prière, au grand voyage. Pour lui, mourir, c’était tout simple.

‘‘Ce dévoué religieux avait un extraordinaire désir de voir grandir et prospérer la maison, et il m’en parlait fréquemment.

Comme certaines mesures avaient été prises au cours d’une visite canonique, je lui répondais que j’avais les mains liées et que mes efforts dans ce sens avaient été vains.

‘‘Un jour que nous parlions encore de l’avenir de la maison et de son accroissement et qu’il insistait particulièrement, je lui proposai l’arrangement suivant :

-      « Vous savez que je suis lié par l’obéissance. Or, puisqu’il nous semble à tous les deux que cette faveur serait utile au développement de l’œuvre, il faudra, quand vous serez au Paradis, nous obtenir cette faveur. Ce sera, pour moi, la meilleure preuve de votre admission au ciel ».

-       «C’est bien, Père Prieur, volontiers, volontiers» dit-il à plusieurs reprises.

‘‘Il tint parole, la faveur fut accordée par l’autorité sans qu’il fût besoin d’en renouveler la demande.

 

Enfin, frère  RUF se vit condamner à garder le lit et à souffrir beaucoup. Il lui semblait que tout se brisait, se détraquait en lui, que son cœur se déplaçait dans sa poitrine. A leur tour, les entrailles firent cruellement souffrir notre malade. C’est alors qu’il reçut en paix les derniers sacrements. Après une agonie de quelques minutes, le 29 juin, au moment où sonnait l’angélus de midi, notre cher colosse rendit son âme à Dieu.

‘‘Huit jours après son décès, le Père Provincial m’autorisait à prendre ces mesures que le cher défunt avait tant désirées mais que l’autorité avait si énergiquement refusées.

Cette autorisation spontanément accordée, alors que la demande n’avait pas été réitérée, ne me permettait-elle pas de croire à bon droit que le frère RUF était au ciel et que sa prière était efficace.

C’était le religieux le plus humble, le plus malhabile, le plus mal équité, le plus commun, le moins considéré que j’eusse connu.

 

Eh bien, il était au ciel ; la preuve visible et éclatante nous en était donnée.

Combien les voies de Dieu sont donc différentes de celles des hommes

Les premiers seront les derniers et, dans la maison du Seigneur, il est honorable d’être le dernier. 

PREMIERE MESSE DE HENRY MAYER

- 7 août 1927 -

 

 

Pour la troisième fois depuis le début du 20ème  siècle, la paroisse est fière de voir l’un de ses enfants gravir les marches de l’autel.

 

Quelques mois avant la mort de l’abbé BONAVENTURE, Henry MAYER célèbre, ce 7 août 1927, sa première messe. 

Né le jour de la Toussaint 1895, de Henri MAYER, de Farschviller et de Marie KIFFER, originaire de Biding, le jeune Henry grandit dans une famille d’agriculteurs simple et pieuse.

Très jeune, il perçoit un appel à suivre le Christ. Avec son curé, il discernera sa vocation. Marqué par la grande simplicité familiale, il est sensible à la pauvreté. Il n’entrera pas au séminaire diocésain, mais préfèrera chercher le Christ dans les pas de Saint-Vincent de Paul, et c’est en tant que lazariste qu’il donnera sa vie au Christ.

 

Après ses études et son ordination, le nouveau prêtre, âgé de 32 ans, célébra sa première messe en l’église de notre village. Ce sera une grande joie pour le vieux curé qui aura vu éclore 7 vocations dans sa paroisse.

 

 

·       Jean-Gustave PITZ  en 1896

·       Jean- Joseph BOUR en 1897

·       Jean-Nicolas MICHEL en 1898

·       Auguste Joseph HAMANN en 1902

·       Gabriel BALZER  en 1914

·       Nicolas Casimir MARON en 1919

·       Henry MAYER en 1927

 

 

Au soir du 7 août 1927, dans sa prière du bréviaire, l’abbé BONAVENTURE a pu rendre grâce à Dieu en disant le ‘‘nunc dimitis’’ pour un ministère aussi long et riche en vocations. 

Comme religieux, Henry ne dépend pas de l’évêque de Metz, mais de son supérieur général : celui-ci le nommera tout d’abord comme aumônier de l’école Saint-Vincent de Paul à Cuvry.

Sa seconde nomination sera à Strasbourg, comme directeur d’un foyer pour jeunes.

Même éloigné de son village, le Révérend Père MAYER y reviendra souvent pour voir sa famille et participer aux grands événements de la paroisse.

 

Il prendra sa retraite en Touraine à Athée-sur-Cher dans une maison appartenant à l’ordre de Saint-Vincent de Paul.

Il y décédera le 17 octobre 1969 : son corps repose au Père Lachaise à Paris

 

 

 

 

 

 

LA PREMIERE MESSE DE MARCEL ROSTOUCHER

 

- 9 juillet 1950 -

 

La guerre n’est finie que depuis 5 années seulement et il reste encore beaucoup de plaies à panser. De nombreuses maisons ne sont pas encore reconstruites. Plusieurs familles vivent encore dans des baraquements en bois en attendant de retrouver un logis décent. Les temps sont encore bien difficiles, mais voici une belle occasion d’oublier le quotidien et de se réjouir : le 9 juillet 1950, Marcel ROSTOUCHER célèbre sa première messe.

 

René Jules Marcel fut baptisé en 1923 par l’abbé Paul BONAVENTURE.

Cinq ans plus tard, arrive l’abbé SCHUTZ. Comme tous les garçons de cette époque, Marcel servit la messe pendant de nombreuses années : c’est certainement au cours de ces offices que se situe la naissance de sa vocation.

 

Fils de commerçants, il entra au séminaire de Metz après l’école primaire.

 

 

Le village est en émoi. Voilà 23 ans qu’il n’avait pas connu pareil événement : c’est en effet le 7 août 1927 que le révérend père Henry MAYER avait célébré, pour la première fois, l’eucharistie.

Pas peu fier de Marcel, l’enfant du pays, tout Farschviller l’accompagne sur le chemin de l’église.

L’abbé  ROSTOUCHER restera fidèle à son village et il reviendra souvent concélébrer la messe lors de ses visites à sa sœur.

 

Nommé chanoine par l’évêque de METZ, c’est l’abbé MULLER qui remettra à Marcel le surplis de l’abbé SCHUTZ : l’abbé  ROSTOUCHER le portera lors des célébrations à la cathédrale non sans penser à celui qui marqua sa jeunesse et à qui il confia, en premier, son projet de vocation religieuse.

 

PREMIERE MESSE DE GEORGES FLAUSSE

4 juillet 1965

 

 

Curé à Farschviller depuis 4 ans, l’abbé Alfred MONNET avait voulu que la première messe de Georges FLAUSSE soit un événement grandiose et pleinement réussi. Tout avait été parfaitement orchestré jusque dans les moindres détails. Depuis des semaines, la chorale répétait. Les bénévoles avaient confectionné arcs de triomphe et reposoirs et tout un chacun pavoisait ses fenêtres de fleurs, de drapeaux et de rubans, pour le passage de la procession. Pourvu que le soleil soit au rendez-vous !

 

Né à Farschviller le 20 janvier 1927, Georges fut ordonné prêtre le 29 juin 1965 à Metz. Le dimanche suivant, le 4 juillet 1965, il célébra sa première messe : une journée entière de festivités s’annonçait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si la première messe d’un prêtre est un évènement majeur de sa vie, elle reste important pour l’histoire d’un village : or, en un siècle, Farschviller aura l’honneur de vivre pas moins de cinq de ces événements.

Ces prémices sacerdotales restent  une occasion exceptionnelle pour les habitants, croyants ou non, d’unir leurs efforts pour la réussite de ces fêtes

 

 

PREMIERE MESSE DE L’ABBE FABRICE MATHIAS

- dimanche 2 juillet 2000 -

 

Je me rappelle bien de la première fois où je fus enfant de chœur. De nature timide et craintif, je redoutais fort cet instant où tous les paroissiens pouvaient me voir et juger de mes erreurs.

Hubert KLING fut le premier de notre année à servir la messe. L’abbé MULLER vint le chercher à l’école, un après-midi, pour servir lors d’un enterrement : j’admirais le courage d’Hubert.

 

Mais un jour, plus moyen d’y échapper, il fallait y passer !

Et la semaine suivante, mon grand père dit à un de ses amis, Alphonse GLAD : « As-tu remarqué que dimanche dernier les cloches avaient sonnées plus longtemps ? C’est parce que Fabrice a servi la messe ! »  J’y croyais !

Il aura fallu cette première fois pour devenir ‘‘accro’’ ! Nombreux furent les week-ends où je servis les trois messes. Cette église - qui n’avait plus de secrets pour moi - devint mon deuxième ‘‘chez moi’’. En me confiant quelques responsabilités, l’abbé MULLER me rendait le plus heureux des enfants.

Comme certains jeunes garçons, je jouais à célébrer la messe : j’apprenais par cœur la prière eucharistique et le credo en latin.

 

S’il n’y avait eu ces longues années d’études, j’aurais bien tenté le séminaire … Mais, avec de piètres résultats scolaires … ma paresse intellectuelle … cela ne me semblait pas très approprié. 

Suivant les conseils de l’un de mes professeurs, j’en-tamais des études culinaires à Freyming.

C’est alors, qu’un jour, Mme Clotilde REB confia à ma grand- mère les paroles de l’abbé MULLER :  « Dommage, il aurait peut-être fait un bon prêtre ! ».

La flamme venait de se rallumer.

 

Par un bel après-midi d’été, passant par hasard devant l’église de Merlebach, j’entendis  une merveilleuse mélodie.

Attiré par cette œuvre jouée à l’orgue et au violon (Méditation à Taïs de Massenet), je poussais la porte.

J’allais assister aux funérailles de Mgr STANKO GRIMS, l’aumônier de la communauté slovène du bassin des houillères. A l’autel, au côté du célébrant, se trouvait un très jeune prêtre. Le sacristain me révéla son identité et, par téléphone, je demandais rendez-vous à Joseph KAMIN, car tel était son identité.

 

Il me reçut le jeudi suivant et je lui demandais de me parler du séminaire qu’il semblait à peine avoir  quitté. Quelques mois plus tard, il reçut l’abbé MULLER pour s’entretenir avec lui à mon sujet.

 

Puis je fus présenté à Mgr Paul Joseph SCHMITT, évêque de Metz.

C’est ainsi qu’en septembre 1988, après quatre années passées à travailler dans le restaurant « la Chaumière » à Puttelange-aux-Lacs et une année de service militaire à Strasbourg, je rejoignis le grand séminaire de Nancy, puis celui de Metz.

En 1994, sur les conseils d’un aumônier militaire, j’intégrais le diocèse aux Armées Françaises et Mgr Michel DUBOST me nomma pour deux années en Guadeloupe.

Puis, étant bilingue, c’est la brigade franco-allemande qui devint mon nouveau terrain d’apostolat. C’est là que, le 25 avril 1998, Mgr Pierre RAFFIN m’ordonna diacre en l’église Saint Pierre et Saint Paul d’Immendingen.